• Chapitre trente-huit ▬ ❝ Ils peuvent attaquer le village d’un instant à l’autre… ❞

    Chapitre trente-huit ▬ ❝ Ils peuvent attaquer le village d’un instant à l’autre… ❞

    (source : link)

    Quelques jours s’étaient écoulés, et pas l’ombre d’une mission en vue. Michiko se dirigeait machinalement vers le terrain d’entraînement. Michiyo et Arina n’avaient pas souhaité venir, Arina pour une raison mystérieuse qui, le supposait Michiko, s’appelait Deidara. Michiyo parce qu’elle était restée avec son frère, mais elle avait été très brève, la jeune Uzumaki avait l’air préoccupé. La jeune fille blonde s’était donc dirigée seule vers le terrain d’entraînement.

    Mais quelqu’un s’y trouvait déjà.

    — Tient, bonjour, Michiko ! lança joyeusement Sachiyo, assise sur l’un des poteaux en bois.

    La jeune fille battit des paupières. La dernière fois qu’elle avait vu Sachiyo, celle-ci était en train de partir en courant, les larmes au bord des yeux. Après tout c’était peut-être normal, elle ne savait pas trop quels étaient les liens entre Itachi et elle. Mais passer de la tristesse du deuil à de la joie… peut-être que Sachiyo était bipolaire.

    — Salut, répondit-elle enfin. Qu’est-ce que tu fais ?

    — Je dessine, répondit la jeune fille aux cheveux noirs, en montrant le carnet posé sur ses genoux.

    Mais manifestement elle ne souhaitait pas s’attarder sur ce sujet, puisqu’elle continua :

    — Tu étais venue t’entraîner ? Je vais libérer le terrain, ne t’en fais pas.

    — Oh, tu ne me dérange pas… il faut que je travaille le taijutsu, alors je n’ai pas besoin d’énormément de place…

    Depuis son passage à Suna, Michiko repensait souvent aux conseils de Gaara, le fait qu’elle devait absolument s’améliorer dans ce domaine. Le souci est qu’elle ne savait pas trop comment s’y prendre. C’est vrai, on lui dit d’apprendre une discipline, mais étant donné qu’elle est chûnin maintenant, elle n’a plus de sensei ! Et elle se voyait mal aller voir Yamato en disant « Excusez-moi Yamato-sensei, vous avez omis de bien m’entraîner au taijutsu ! ».

    — Le taijutsu ? dit Sachiyo, tirant Michiko de ses pensées. Je t’ai rarement vue en mission, mais ce n’est pas ton style de combat non ?

    — Non, soupira la blonde. Mais on m’a conseillé… quoique ça ressemblait pas mal à un ordre… de m’améliorer dans ce domaine.

    — Qui t’a demandé ça ? Tu aurais dû amener cette personne pour qu’elle t’entraîne. C’est bien joli de te dire de t’améliorer, mais sans quelqu’un pour t’aider ça risque d’être compliqué.

    — Le Kazekage de Suna… alors tu comprendras que c’est un peu compliqué pour qu’il vienne, sourit Michiko.

    — Gaara, tient donc ! Ce n’est même pas un expert en taijutsu.

    Michiko n’y avait même pas pensé. Mais il était vrai que Gaara n’utilisait pas vraiment le taijutsu, grâce –ou à cause- de son sable.

    Sachiyo la fixa quelques instants avant de reprendre :

    — Mais j’ai entendu dire qu’il avait demandé de l’aide pour ça, même après être devenu Kazekage. Shira, du village de Suna, tu en as déjà entendu parler ? C’était un grand expert en taijutsu, comme Lee. Il ne maitrisait ni le genjutsu ni le ninjutsu. Et il a entraîné le Kazekage peu après que celui-ci ai obtenu ce poste. Hmm… ah oui, si je me souviens bien, il était l’un des candidats pendant le deuxième examen chûnin que tu as passé. Enfin bon, je ne sais pas pourquoi je te raconte ça ahah. Pour le taijutsu, je peux t’aider si tu veux…

    Michiko entrouvrit la bouche pour répondre, mais une seconde plus tard elle était par terre, la main gauche dans le dos, le pied de Sachiyo entre les deux omoplates.

    — Effectivement, tes réflexes ne sont pas très bons, constata la jeune fille aux cheveux noirs.

    La blonde toussa pour chasser la poussière de sa bouche puis articula :

    — Je ne suis pas sur mes gardes quand je suis avec des personnes de confiance…

    — Il faut toujours être un minimum méfiant dans le monde shinobi, il faut envisager un maximum de possibilités. J’aurais pu être une illusion pour t’attirer dans un piège, ou encore être un ninja ennemi métamorphosé…

    — Non, parce que tu m’avais appelée par mon prénom, articula encore Michiko, tâchant de rester calme.

    Sachiyo se pinça les lèvres.

    — Certes. Enfin, toujours est-il que tes reflexes ne sont pas bons, et tu n’es pas très rapide. Je ne te critique pas, après tout ça colle avec tes méthodes de combat. Mais effectivement, si tu veux pouvoir t’approcher un peu de l’ennemi, il faut travailler ça.

    Sachiyo fit alors un gigantesque bond en arrière, en se mordant la lèvre inférieure. Pendant qu’elle parlait, Michiko avait lentement rapproché sa main valide de sa pochette d’armes, sortit un shuriken pour lui planter dans la cheville. La jeune fille aux cheveux noirs s’accroupit pour refermer la plaie, tout en fixant Michiko du regard. Celle-ci se releva et étira son bras gauche endolori.

    Les deux se mirent à courir l’une vers l’autre. Sachiyo lança un coup de pied de la jambe droite, que Michiko dût contrer avec un autre coup de pied et protéger le côté gauche de sa tête pour éviter que le pied de Sachiyo n’atteigne sa tempe. L’action dura approximativement cinq secondes, et Michiko se rendit bien vite compte que cela ne pourrait pas durer beaucoup plus longtemps. La force de Sachiyo était trop importante, et si la blonde ne réagissait pas immédiatement, la fille aux yeux turquoise allait réussir à la déséquilibrer et à la mettre par terre. Michiko reposa alors sa jambe droite au sol et se baissa aussitôt, pour que l’attaque de Sachiyo ne se porte qu’au vide.

    La blonde lui fit un croche-pied, et pendant un court instant, Sachiyo se retrouva sans appuis. Elle tomba et finalement se retrouva au niveau de Michiko. Une fraction de seconde plus tard, la jeune Anzai leva les poings devant sa tête, pour se protéger du kunai que son adversaire venait de diriger vers le centre du visage. Sachiyo arrêta son attaque à quelques millimètres des doigts de la blonde.

    — C’est mieux, déclara-t-elle. En fait, tu as besoin d’être plongée dans le combat pour être efficace. Je pense que tu n’arrives pas à combiner les attaques de ninjutsu et de taijutsu, pour toi c’est soit l’un soit l’autre, et tu privilégies le ninjutsu. Il faut que tu prennes l’habitude de pouvoir mélanger les deux, en cas de nécessité. Mais en fait, tu n’as pas spécialement de grosse lacune au combat au corps-à-corps, du moins ça ne me choque pas.

    Elle cessa alors de parler,  et les yeux des deux jeunes filles fixèrent la boule orange qui traversa en furie le terrain d’entraînement avant de disparaitre dans la forêt.

    — NARUTO ! hurla alors une autre voix. Tu ne devrais pas rester seul… !

    Mais Naruto était déjà loin. Michiyo déboula dans la petite clairière, la sueur perlant sur son front. Elle s’aperçut de la présence de ses deux amies, et s’approcha d’elles en soupirant. Michiko s’attendait à voir un air exaspéré sur son visage, comme à chaque fois qu’elle s’engueulait avec son frère. Mais là, c’était de l’inquiétude et un peu de… la jeune Anzai plissa les yeux. Elle avait rarement vu cette expression dans les yeux de son amie. C’était de la peine, ou alors de la tristesse.

    — Que se passe-t-il, Michiyo ? demanda enfin Sachiyo.

    — On revient du bureau de ta mère… et les nouvelles ne sont pas très bonnes…

    Les cœurs des deux jeunes filles manquèrent un battement. « Bon sang, qu’est-ce qu’il s’est-passé ? »

    Un silence s’en suivit, comme si Michiyo cherchait les bons mots pour annoncer la nouvelle. Sachiyo finit par perdre patience et déclara :

    — Tu n’es pas obligée de nous annoncer ce qu’il s’est passé comme si nous étions des enfants, dis-le juste simplement…

    Michiyo prit une grande inspiration et dit :

    — Jiraya est mort.

    Le vent vint soulever leurs cheveux. C’était la seule source de bruit dans la clairière.

    — Ce…n’est pas possible, murmura enfin Sachiyo, la voix brisée.

    Michiko tourna les yeux vers elle. Elle avait vaguement entendu Sachiyo parler de Jiraya, et l’admiration et l’affection avaient toujours été présentes dans sa voix à son évocation. Un deuxième deuil en quelques jours ? La jeune fille aux cheveux noirs n’avait décidément pas de chance…

    — Qu’est-ce qu’il s’est passé ? souffla-t-elle du bout des lèvres.

    — Il était parti en mission d’espionnage à Ame… le chef de l’Akatsuki se trouverait là-bas. Il s’est fait repérer par celui-ci, ils se sont battus… et voilà… enfin bien sûr, ça n’a pas été aussi simple.  Jiraya leur a donné du fil à retordre. Je n’ai pas tout compris, mais apparemment le « chef » de l’organisation ne serait pas seul, mais six, connus sous le nom de Pain… Jiraya a réussi à tuer l’un d’eux, Shizune va se charger de l’autopsier pour en apprendre plus sur eux… mais après ça, ils lui ont brisé la gorge… et avant de rendre son dernier soupir, il nous a transmis un message codé via l’une de ses grenouilles… l’unité de décryptage travaille dessus en ce moment.

    Elle se tut, ses prunelles bleues scrutant le visage de Sachiyo en attendant sa réaction.

    — Il faut que je retrouve Naruto, dit celle-ci en faisant un pas en arrière.

    Elle se mit alors à courir dans la direction qu’avait prise Naruto.

    La bouche de Michiko se tordit en une grimace.

    — C’est horrible, vraiment… il faut qu’on trouve une solution par rapport à l’Akatsuki, c’est vraiment un problème… ils peuvent attaquer le village d’un instant à l’autre…

    * * * *

    Sachiyo et Naruto se serraient les coudes, on les voyait souvent ensemble d’ailleurs. A un moment, Shikamaru était venu les voir, pour leur demandé de l’aider par rapport au message codé laissé par Jiraya, que l’unité de décryptage ne comprenait pas. Ils n’avaient jamais vu un code pareil. Mais Shikamaru avait pensé que, Naruto ayant été le disciple de Jiraya, la personne avec qui il avait partagé trois ans de sa vie non-stop, c’était lui la clé du message, que c’était à lui qu’il était destiné.

    Et il avait trouvé.

    Finalement, il y avait une série de nombres qui rapportaient aux pages des romans à caractère louche qu’écrivait Jiraya. En prenant chaque premier mot, ils en arrivèrent à la conclusion que le message disait « Il n’existe pas réellement ». Message que personne ne comprenait vraiment. Ce « Pain » était-il un simple Genjutsu ? Il avait quand même blessé à mort l’un des plus grands ninjas du monde shinobi…

    Michiko, Arina et Michiyo marchaient dans les rues de Konoha, se rendant au bureau du Hokage pour le rapport de leur dernière mission de rang C.

    Cependant, Arina s’arrêta quelques secondes en fronçant les sourcils, semblant se concentrer.

    — Arina ? commença Michiko. Qu’est-ce que…

    Mais la jeune Uchiwa ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase et se jeta en avant, planquant ses deux amies au sol.

    Une déflagration retentit, et le bâtiment situé non loin explosa.

    Les passants se mirent à hurler, tandis que plusieurs autres explosions rasèrent la rue.


  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Mars 2015 à 21:39

    Oh yeahhh un chapitre ! ♥ J'ai adoré ! Et j'ai compris pourquoi tu m'avais demandé pour Jiraya et Sachiyo la dernière fois x) Tout ça me replonge un peu dans Naruto, ça fait plaisir, j'ai envie de savoir la suite, à chaque fois tu nous laisses sur notre faim :D

    2
    Dimanche 22 Mars 2015 à 11:31

    Ahah en plus la suite risque d'être un peu longue à arriver... ça va être du combat à 100%, or moi et les combats... xD

    3
    Dimanche 22 Mars 2015 à 11:37

    Je comprends, je comprends U_U Les combats sont vraiment les plus durs à écrire dans une fic (surtout dans Naruto ou il faut être assez cohérent quoi X_x) Mais t'y arrives toujours donc je me fais pas de soucis :D

    4
    Dimanche 22 Mars 2015 à 12:15

    Ouii en plus l'autre jour j'ai acheté le Roman de Jiraya ! J'vais pouvoir voir COMMENT écrire un combat ! *-*

    5
    Dimanche 22 Mars 2015 à 13:01

    Oui j'ai vu qu'il était sorti la dernière fois et j'avais envie de me l'acheter, mais pour le moment il faut que j'économise j'ai pratiquement plus une tune (je gaspille trop <___<) ! (Au pire des cas, je me le prendrai à la Japan Expo x))

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    Mercredi 9 Août à 21:57

    TU VAS RIRE mais...maintenant que je me suis retapé tous tes chapitres, j'ai réellement besoin de connaître la suite.....

    Stp.

    2 ans plus tard /shot/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :